Petite historique

Biographie

Avilda Moore s’initie à la musique dès l’âge de 6 ans.

Avec une guitare et son magnétophone comme premiers outils de création, elle était toujours prêt à attraper ses idées.

La petite-fille d’une chanteuse classique qui a chanté dans l’Opéra Metropolitan de New-York et qui a enregistré des chansons gospel/sacrées sur la renommée étiquette de disque Okeh dans les années ’20, Moore savait depuis son enfance qu’elle serait musicienne. Son trajet l’amènera à chanter (à 12 ans) dans une formation folk, dans les choeurs à l’église et dans les comédies musicales. Quand elle est parti étudier à l’université, à Rochester, New-York, elle a continué à élargir ses horizons en jouant régulièrement dans des formations blues, folk et même bluegrass.

Ensuite, sept ans à Atlanta, en Georgie, au sud des États-Unis, ajoute une couleur particulière à ses diverses influences – country, blues, jazz, indie et rock “Southern”, ainsi qu’une bonne dose de musique trad-folk qui se cache juste dessous la surface parmi ses mélodies et rythmes engageants. Le résultat est un répertoire riche et varié de chansons originales inspirées de sa vie peu commune.

Éventuellement de retour au nord-est, elle continue de jouer en tant qu’auteur-compositeur solo dans des petits clubs et coffeehouses ainsi qu’accompagnatrice folk dans plusieurs formations, jusqu’au moment de déménager au Québec  où elle continue à composer ses propres chansons, en français autant qu’en anglais.

Sur un son et une rythmique de base clairement retro (années ’70-80), les paroles de Moore vont de la contemporaine jusqu’aux allusions nostalgiques de country-swing et de R&B. Elle décrit son style comme hybride improbable – du genre “Laura Nyro rencontre Patsy Cline en rêvant du disco” – un mélange à la fois étonnant, “groovy” et agréablement original.